MODULE 3 – Donald Trump, le troll illustré

S’il est un personnage médiatique et politique qui a fait parler de lui c’est bien Donald Trump. Celui qui s’auto troll sur Twitter aurait bénéficié d’une aide providentielle de la part des trolls pour se faire élire président des Etats-Unis.

La ferme des trolls

Dans une banlieue de St-Pétersbourg, l’Agence d’Investigation de l’Internet accueille jour et nuit des centaines de cyber soldats commandés par le Kremlin (= le gouvernement russe). Ils ont pour mission d’être partout et d’inonder les réseaux sociaux et pages web de médias russes et anglophones. Ils rédigent des commentaires polémiques ou « chocs » et alimentent des conversations sur tous types de sujets d’actualité. Ils publient tantôt des vraies informations et tantôt des fausses informations. Mais le flux est si important qu’il est quasi impossible de démêler le vrai du faux… ce qui fait leur succès car même des journalistes relaient leurs informations.

Ces cyber soldats doivent défendre Vladimir Poutine et sa politique (intérieure comme extérieure), mais aussi les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. A contrario ils doivent pourrir Barack Obama, l’Union européenne, le pouvoir de Kiev.

Il semblerait que cette usine a troll n’ait pas chômé pendant la campagne présidentielle américaine et que les trolls se soient activés et prononcé en faveur de Donald Trump, monopolisant l’attention sur lui au détriment des autres candidats.

La Trump Army

La “Trump Army” est une horde de trolls associés sur 4chan et Reddit (et autres sombres réseaux sociaux) pour défendre leur idole lors de la campagne présidentielle de 2016. Ils ont recours à tous les moyens traditionnels d’actions des trolls pour nuire aux opposants de Trump.

Les trolls ont créés d’innombrables mèmes sur le fil “Politically Incorrect” de 4Chan. Ils mettent à l’honneur “The Donald”. Quand ces mèmes sont repris par Donald Trump en personne, ils y voient l’ultime consécration.

«We actually elected a meme as president»

La haine de Trump envers les médias

selon l’analyse de l’historien et enseignant à Sciences Po Thomas Snégaroff

Les réactions face à l’inondation de tweets quotidiens du président

L’usage excessif de Twitter du président américain a poussé citoyens et médias à réagir.
Premier exemple de cette ras le bol : le compte twitter @UnfollowTrump. Il s’agit d’un mouvement pour inciter les citoyens américains à se désabonner du compte Twitter du président. Shwirtz, un réseau social de New-York, s’est rendu compte que la majorité des abonnés de Trump ne sont pas des supporters. Fort de ce constat, la page Twitter propose de retranscrire ses propos sans lui donner “la satisfaction du retweet” : “#UnfollowTrump & hurt him where it counts, his ego!” est le slogan. La page compte 80 000 abonnés.L’omniprésence de Donald Trump sur les réseaux a poussé le New-York Times a se désabonnerde son compte afin de pratiquer un journalisme indépendant et à ne pas réagir à chaque tweet volontairement polémique.

Petite anecdote qui montre à quel point le sujet est sérieux. Ce même journal racontait que les conseillers anonymes du Conseil de sécurité national lisaient les tweets du président à leur réveil pour adapter leur politique…

Et maintenant place au quiz !

⛔️ ATTENTION : Une ou plusieurs réponses sont possibles ⛔️

Que la force du troll soit avec vous !

Question 1

Quel(s) grand(s) journal(aux) américain(s) s’est / se sont désabonné du compte Twitter de Trump après son élection ?




Question 2

Que fait l'auteur de ce tweet ?




Question 3

Le(s)quel(s) de ces comptes n'est / ne sont pas celui / ceux de Donald Trump ?




Question 4

Le président possède un compte pour commenter les matchs de la ligue nationale de football américain.




Question 5

Donald Trump dit des médias qu'ils sont les “amis du peuple”